Comics

Unity

Des centaines d’années plus tôt, Alric et son peuple ont été enlevés par des aliens et réduit en esclavage sur une planète lointaine. Le chef Visigoth a réussi à voler une armure et un vaisseau spatial. Lui et les siens rentrent sur Terre, dans notre espace-temps. Alric se proclame roi de Roumanie.
Après plusieurs tentatives infructueuses pour le capturer et récupérer le pays, la Russie décide d’envoyer une ogive nucléaire.
Une équipe de psiotiques est envoyée en urgence afin d’arrêter Alric avant la lancée du missile. C’est la naissance de Unity.

Chaque mois, je participe à un comité BD. C’est un regroupement de bibliothécaires du département qui permet de centraliser des avis sur des BD, comics et mangas. En gros, à chaque séance, nous nous répartissons le contenu d’un office (une sélection de livres récents faites par un libraire). Nous lisons ce que nous prenons, en faisons une critique écrite et le présentons à la séance suivante. C’est une manière d’être au plus près de nos collections, car il est impossible de tout lire.
Le mois dernier, il y avait peu de choix. 21 BD pour 15 bibliothécaires, ça fait peu. Du coup, je me suis saisie de l’un des plus épais. Quitte à en n’avoir qu’un, autant avoir de la matière. Le beau bébé faisait 710 pages quand même !

Le début de l’ouvrage m’a laissé un peu dubitative. Les aliens, c’est pas mon dada plus que cela. Quand, en quelques pages, la première équipe de super-héros s’est faite dézinguer dans une explosion de membres, organes et autres fluides internes, j’ai sérieusement douté de mon choix. Mais j’ai quand même poursuivi, pas le choix. Et j’ai eu bien raison en fait !

Une équipe prête à tout

L’équipe mise en place est formée de Livewire (une femme technopathe, c’est à dire capable de se connecter mentalement à n’importe quel système informatique), le Guerrier éternel (Gilad Anni-Padda, un homme immortel dont on ne sait pas grand chose), Ninjak et X-O Man-O-War (Alric en fait). Leur but est de prévenir les situations de crises type extraterrestres agressifs tentant de détruire la planète. L’intégrale se concentre sur l’évolution de cette équipe, que ce soit aussi bien sur la relation entre les membres que l’effet de leur existence sur un plan géopolitique ou civil.

Chaque histoire développée ici ne l’est pas sans raison. Nous n’avons pas à faire à une équipe de super-héros dévoués et soucieux de ne pas se salir les mains. Quand ils interviennent, ils ne cherchent pas à faire le moins de dégâts possibles ou à capturer. Ils sont là pour éliminer la menace, et si des citoyens innocents sont pris dans le conflit, tant pis. Les dommages collatéraux ont peu d’importance, tant que la mission est achevée.
Ils n’hésitent ainsi pas à se servir de tout ce qui est à leur disposition, ou à remettre en cause l’ordre établi.

Certaines histoires changent de perspectives afin de regarder les choses sous un autre angle. Par exemple, l’équipe recrute une héroïne replète ayant le pouvoir de voler, et faire voler d’autres objets. Fan de comics, cette jeune femme rêve d’utiliser ses pouvoirs pour faire le Bien. Pourtant, elle déchante assez vite devant la violence des conflits et le manque complet d’empathie de ses nouveaux collègues.
Ou encore une fois, quand UNITY révèle son existence au public, elle déploie un vaste plan de communication pour justifier de ses actes. Seulement, les choses leur échappent un peu et quand le monde apprend qu’ils ont gardé avec eux un robot extraterrestre aux pouvoirs incommensurables, ils doivent rendre des comptes. Ce que Gilad dit m’a marquée :

Le monde a changé, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué. Il y a des extraterrestres. Nous ne sommes pas seuls dans l’univers, et la Terre est peuplée d’individus qui sont des potentielles armes de destruction massive. Comment proposez-vous de protéger l’humanité ?

Croyez-le ou non, il existe des individus… des monstres là-dehors qui sont là pour vous prendre par surprise et vous détruire, vous et votre pays. Avec quoi combattez-vous ce genre de monstres ?

Vous les combattez avec un plus gros monstre, Bill. Et c’est ce qu’a Unity.

p. 412

Au-delà même de l’équipe en elle-même, un chapitre s’intéresse à chaque héro en particulier. C’est l’occasion de mettre en avant une chose assez peu dite en général : l’impact de leurs vies de justiciers sur leur vie « normale ». Car ici, pas question de dire qu’ils font ça pour le Bien de l’humanité, la sauvegarde de l’espèce ou que sais-je… Ils avouent assez pudiquement aimer ce qu’ils font, aimer risquer leur vie. Le frisson, le risque, l’adrénaline, ils adorent cela. Ils font ce qu’ils font parce qu’ils aiment ça. Ils se sentent plus vivants que jamais. Et plus ils sont des soldats, plus ils oublient la part d’humanité au fond d’eux.

Un ensemble beau et cohérent

Ce sont justes quelques thèmes jetés comme cela, pour expliquer à quel point cette intégrale est complète et bien pensée. On n’a pas des supers combats juste pour le plaisir de voir des combats. Ils servent un propos bien plus vastes et profonds, sur des questions de société, d’éthique, etc.
Il y a plusieurs dessinateurs, ce qui ne posent presque aucun problème. Sauf pour quelques histoires à la fin, pour lesquelles le dessin m’a vraiment rebuté. Pour la grande majorité, l’illustration est belle et harmonieuse.
Unity est un bel ouvrage, tant sur le fonds que la forme.
Par contre, il faut pouvoir se l’offrir. 49€, ce n’est pas facile à sortir, même si, pour 710 pages, le prix est assez cohérent.


Titre : Unity|     Auteurs : Matt Kindt (scénariste) / Doug Braithwaite, CAFU, Stephen Segovia (dessinateurs)     |     Éditeur : Bliss comics |    Nombre de pages : 710 |     ISBN : 978-2-37578-142-5

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *