Manga

The promised neverland de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

A Grace Field, un orphelinat, les enfants vivent heureux avec Maman, la seule adulte. Emma, Norman et Ray sont les plus âgés et les plus doués aux examens. Malgré tout, ils n’ont toujours pas été adoptés.
Le soir où Connie quitte l’établissement pour sa famille d’adoption, Emma et Norman réalisent qu’elle a oublié son doudou. Ils filent vers le portail, malgré l’interdiction de sortir à la nuit tombée. Leur monde s’écroule quand ils tombent sur le cadavre de leur sœur de cœur, emporté par des espèces de démons. Ils comprennent alors que l’orphelinat est en fait une ferme et ils en sont le bétail.
A partir de ce moment, leur quotidien change et leur mission devient de trouver comment s’évader, en emmenant avec eux tous leurs frères et sœurs.

Une collègue m’a parlé de ce titre, en me disant qu’il était surprenant et pas mal fichu. Du coup, je me suis lancée dans la lecture et j’ai été très agréablement surprise.

Un orphelinat pas si parfait

Quand l’histoire commence, tout va bien dans le meilleur des mondes. Les enfants sont heureux et aimés. Maman veille sur eux. Rien ne semble troubler ce parfait bonheur. D’ailleurs, la plupart d’entre eux sont adoptés de manière régulière. Ceux qui restent vivent avec la certitude d’être un jour choisi par une famille aimante.

Cela a commencé à devenir étrange quand je me suis aperçue que les enfants avaient tous un numéro tatoué sur le cou. Puis, on apprend qu’ils ont quotidiennement des tests qui m’ont vaguement rappelé ceux de la Stratégie Ender.

Alors, quand Emma et Norman découvrent la vérité sur leur orphelinat, tout a semblé logique. A ce moment-là, le récit change complètement et Grace Field se transforme en plateau d’échiquier géant. Emma, Norman et Ray, les trois enfants les plus âgés, décident de s’évader, avec tous les autres, avant d’être les prochaines victimes. Pour cela, ils doivent duper Maman, la seule adulte.

Trois premiers tomes prometteurs

Les questions sont nombreuses, aussi bien sur le monde extérieur, que sur le fonctionnement de cette ferme. Les rebondissements s’enchaînent à un bon rythme, et la tension est sans cesse maintenue. Les informations sont données au compte-goutte, et créent d’autres interrogations.

Le dessin est assez bon, même si les profils ne semblent pas être le point fort du mangaka. A part cela, il est plutôt réussi.

Happée par l’histoire et les personnages, j’ai enchaîné les 3 premiers volumes de The promised neverland. Je me demande bien comment les enfants vont s’en sortir, et quelle direction le mangaka va suivre. L’histoire est bien ficelée, le dessin assez beau, les enjeux importants. Les deux auteurs livrent là leur première série et c’est une belle réussite. A suivre.


Titre : The promised neverland     |     Auteurs : Kaiu Shirai (scénariste) / Posuka Demizu (dessinatrice)     |     Éditeur : Kazé     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *