Aventures filmesques

Sauver ou périr

Dans une caserne parisienne, Franck Pasquier est un jeune pompier prometteur. Tout semble lui sourire. Il vient de passer un concours pour devenir chef d’intervention sur les incendies, sa femme et lui viennent d’avoir deux jumelles.

Sa vie bascule alors qu’il est grièvement blessé lors d’une intervention. Gravement brûlé, il est d’abord plongé dans le coma. A son réveil, un long combat l’attend.

Je suis actuellement confinée avec mon père, sapeur-pompier de profession. En rentrant de garde, il a lancé ce film. Je n’y serais pas allée de moi-même, au vu du sujet qui n’aurait été qu’une source d’angoisse de plus dans un quotidien déjà bien chargé de ce côté-là.

Pierre Niney livre une très belle prestation, certainement pas évidente à jouer. Le film se concentre sur le long chemin que son personnage doit parcourir pour apprendre à vivre.
D’abord, la lutte médicale avec le coma, les traitements et la douleur physique. Rien que d’essayer d’imaginer la douleur que cela doit être d’avoir la grande majorité de son corps brûlé… brrrr
Une fois cette première étape passée, il y a celle de la reconstruction psychique. Franck est pompier par vocation. C’est un homme jeune, fort, qui a l’habitude qu’on compte sur lui et non l’inverse. S’il a survécu physiquement, il ne redeviendra jamais celui qu’il était avant, et qui est mort dans l’incendie.

Les deux combats sont épouvantablement difficiles et j’ai passé une bonne partie du film en apnée. Je n’ai pas vraiment fait attention aux détails, car j’ai été complètement happée par le jeu des acteurs, et de Pierre Niney, qui est à la fois juste et déchirant.

Mon seule regret, peut-être, est que le focus sur Franck est telle, que l’impact sur sa famille est presque anecdotique. Pourtant, ce n’est pas évident pour son épouse, qui voit aussi toute sa vie basculer. Ce n’est pas facile pour elle non plus.

A voir ou pas ?

SI ce n’est pas un film vers lequel je me serais tournée de prime abord, je n’ai pas de regret à l’avoir vu. Il met en avant le long combat des personnes gravement brûlées, souvent tues. Le long-métrage, bien que très dur, est plein d’espoir et c’est ce qui faut en retenir. Alors si vous aimez les drames, les témoignages, je vous recommande de regarder Sauver ou périr.


Titre : Sauver ou périr | Année de production : 2018 | Réalisateur : Frédéric Tellier | Scénaristes : David Oelhoffen et Frédéric Tellier | Acteurs principaux : Pierre Niney, Anaïs Demoustier, Vincent Rottiers | Durée : 1h56

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *