Manga

My home hero, tome 1

Tetsuo Tosu est un père de famille de 47 ans, commercial dans un magasin de jouets mais aussi écrivain amateur de romans policiers. Sa fille unique vient de quitter le domicile familial. A chacun de ses passages à Tokyo, il lui donne rendez-vous pour déjeuner.
C’est lors d’un de ses passages qu’il découvre le visage tuméfié de sa fille. La rencontre tourne court, mais il a compris que Reika avait un nouveau petit ami. Petit ami sur lequel il tombe en sortant, et l’entend se vanter d’avoir donné une leçon à sa petite amie.
Enquêtant pour en savoir plus, il découvre que sa fille est tombée entre les mains d’un yakuza, qui se sert d’elle pour racketter son grand-père, riche entrepreneur.
Afin de protéger sa fille, il commet l’irréparable. Mais le voilà coincer dans un terrible engrenage. A-t-il vraiment protéger sa famille ? Ou au contraire, l’a-t-il condamnée ?

Le bandeau du premier tome nous apprend que Maxime Chattam lui-même recommande ce manga, alors comment ne pas le lire ? Je dois avouer qu’il a très bon goût ce Chattam !
My home hero pose la question : jusqu’où iriez-vous pour protéger les vôtres ? Tosu commet le pire, mais n’a-t-il pas la meilleure des raisons ? Quoiqu’il en soit, le premier volume pose les bases d’un jeu du chat et de la souris entre lui et les yakuza.

Un jeu de cache-cache

L’histoire n’aura pas la palme de l’originalité, mais elle est très bien exécutée. Tosu est un homme normal, sans histoires, et le voilà soudainement meurtrier. Ne comptant pas finir sa vie en prison, cet auteur de romans policiers met en place une méthode surprenante pour se débarrasser du cadavre. Bien sûr, rien ne va être simple. Entre son épouse qui débarque sans prévenir, et les amis yakuza du défunt, le père de famille va se retrouver dans quelques situations corsées.
Ces scènes sont vraiment bien fichues, aussi bien scénaristiquement que graphiquement. Certaines planches jouent sur les perspectives pour montrer à la fois le chat et la souris, et la mise en page très bien exécutée.

Le père de la victime est un yakuza haut placé (voire le big boss). Alors que son fils semble être une nuisance pas très maligne, le père lui nous apparaît comme un parfait psychopathe qui est prêt à tout pour retrouver sa progéniture.

Ce premier tome est une véritable réussite. La tension est présente tout au long de ce premier volume, et ne nous laisse aucun répit. Impossible d’arrêter en cours de lecture. Le rythme, les événements, la mise en page, tout est parfaitement exécuté.
A voir si les mangakas arrivent à tenir sur la longueur, car ils sont déjà à 6 volumes au Japon. J’espère qu’ils sauront s’arrêter à temps.


Titre : My home hero | Auteurs : Naoki Yamakawa (scénariste) / Masashi Asaki (dessinateur) | Éditeur : Kurokawa |Nombre de pages : 187 | ISBN : 978-2-36852-673-6
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *