Série TV

Miracle Workers

Imaginer que la Terre soit gérée par une grosse entreprise appelée le Paradis, et que Dieu en soit le PDG. Quand Eliza est mutée au service des prières exaucées, elle pense que sa carrière va décoller. Sauf que le seul autre employé, Craig, est là depuis tellement longtemps qu’il a du mal avec les autres. Seulement voilà, Dieu décide que la Terre ne vaut pas tant d’efforts. Il programme donc sa destruction… à moins que Craig et Eliza puissent exaucer une prière ! Tout le destin de l’humanité repose alors sur les épaules des deux anges, et de deux humains qui ont deux semaines pour se rapprocher.

Un casting de qualité

La bande-annonce m’avait alléchée, alors quand Warner TV a diffusé l’intégralité de la mini-série, j’étais devant. Les acteurs sont très bons.

Steve Buscemi interprète parfaitement en Dieu complètement barje et inculte. Incapable de se débrouiller seul, il confie des tâches absurdes à ses assistants. Il fait croire qu’il contrôle tout alors qu’en fait il ne contrôle rien. A se demander franchement comment la Terre a su résister autant de temps avec un Dieu pareil…

Daniel Radcliffe est excellent dans le rôle de Craig, un ange de base réservé et solitaire, sans grande ambition. Il est le seul ange du service des Prières exaucées depuis des millénaires. Pourquoi ? Parce que ses marges de manœuvres sont tellement minces que seule une quantité négligeable de prières peut l’être (du genre, Dieu aidez-moi à retrouver mes clefs de voiture). Du coup, son rapport aux autres est inexistant, et sa motivation proche du néant. C’est assez drôle de voir l’ancien Harry Potter dans un tel rôle, et il est bon !

Geraldine Viswanathan est très bonne dans le rôle d’un ange survoltée dont les actes irréfléchis ont des conséquences cataclysmiques. Elle a l’impression que sa mutation au service des Prières exaucées est une superbe augmentation, mais elle se rend compte très vite que c’est plutôt une mise au placard. Elle est quand même la plus optimiste et celle qui arrive à tirer les autres avec son énergie et son enthousiasme.

Plusieurs rôles secondaires mettent en avant l’illogisme de la Terre et des espèces qui la peuplent, poussant la plupart des employés/anges au désespoir.

Tout ce beau petit monde évolue dans une entreprise tout droit sortie des années 70-80, avec une technologie démodée et des couleurs peps.

Un défi pour sauver le monde un peu décevant

Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais pour le défi, mais j’ai été déçu quand il s’est avéré que le destin du monde reposait sur le fait que deux personnes finissent par s’embrasser. C’est sûr que lorsque l’on voit les deux tourtereaux, on se dit que la Terre est foutue, surtout que pas mal d’obstacles se dressent sur leur chemin.

Il est assez drôle de remarquer que dans un monde incontrôlable, il est jugé impossible de pouvoir forcer deux personnes à tomber amoureux. Cela est impossible. Cela rappelle toutes ces histoires de génie où les seules limites sont l’amour et la mort.

A voir ou pas ?

La série a été fun à regarder, mais je ne me suis pas non plus éclatée. Je m’attendais à plus déjantée que cela. J’avais en tête la série The Good Place sur Netflix, que j’adore. J’espérais retrouver cette ambiance là, mais ce n’a pas été le cas. Le défi à relever est sommes toutes assez banal.

Mais bon, la série est courte (2h40 de visionnage pour la saison complète) et distrayante. Elle n’entrera pas au Panthéon des séries, mais elle est bien sympathique. A voir, ne serait-ce que pour la prestation de Daniel Radcliffe.


Titre de la série : Miracle Workers | Année de production : 2018 | Chaîne d’origine : TBS | Nombre de saisons : 1 | Nombre d’épisodes par saison : 7 | Durée des épisodes : 22

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *