Roman

Le chat qui a tout vu de Sam Gasson

Titre : Le chat qui a tout vu     |     Auteur : Sam Gasson     |     Éditeur : L’archipel

Nombre de pages : 314     |     ISBN : 9782809803516


Imaginez un quartier anglais typique, avec des maisons toutes identiques où vivent des familles tout ce qu’il y a de plus normales. Bruno est un petit garçon de onze ans à l’imagination débordante et à la carrière toute tracée : comme son père, il sera détective privé.

D’ailleurs, il ne perd pas de temps et n’hésite pas à enquêter au moindre événement suspect. Le dernier en date concerne sa chatte, Mildred. Quelqu’un la toilette ! Bien décidé à découvrir qui ose prendre soin de son chat à sa place, il équipe le félin d’un de ces colliers munis d’une caméra. Seulement voilà, Mildred disparaît la nuit même où la mère de son ami est sauvagement assassinée dans la maison d’en face. Le mari, un homme violent, est tout de suite arrêté mais celui-ci clame son innocence. Bruno en est persuadé : Mildred a été témoin du meurtre, et c’est pour ça qu’elle a été enlevée. Il promet alors à son ami de faire toute la lumière sur cette affaire.

Tout de suite, la couverture et le résumé du livre m’ont attiré. Un roman policier avec un chat et un enfant comme personnages principaux ? Je ne pouvais pas résister ! Et je n’ai pas du tout été déçue. Ce livre est surprenant et rafraîchissant. Je me demandais comment l’auteur allait faire pour faire avancer une histoire de meurtre du point de vue d’un enfant de onze ans. Il a fait le choix d’avoir deux narrateurs. Au récit de Bruno, se mêle celui de son père, Jim, détective privé à la retraite. C’est à travers ses yeux à lui, et ses contacts avec les forces de l’ordre que les éléments les plus durs de l’affaire vont nous être contés. Ce choix permet de faire avancer l’affaire tout en gardant une part de réalisme. Il aurait été assez difficile autrement de justifier qu’un enfant puisse se mêler d’une affaire policière assez dure.

Car en effet, l’enquête policière, assez classique, est dramatiquement réaliste : viol, violences conjugales, meurtre,… Les personnages développés par Sam Gasson sont très différents, intéressants, et profondément humains. A tour de rôle tous vont éveillés nos soupçons, du vieil homme au penchant pervers, à l’amant de la victime, en passant par la propriétaire du magasin de bonbons. Le petit Bruno m’a agacée par moment, surtout lorsque son envie d’être un vrai détective privé l’amène à cacher des éléments importants à la police. Mais ce sont ses échanges avec les différents adultes du roman qui amène l’humour nécessaire au récit. Car les passages où l’on suit le point de vue de son père sont plus durs et plus sérieux, traitant des éléments les plus sombrent de l’affaire.

Au final, j’ai beaucoup apprécié ce roman policier atypique, qui devrait plaire aux amateurs d’histoires policières classiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *