Divers

La tournée du Plan B – Grand Corps Malade

Il y a presque une décennie maintenant, des amies et moi sommes allées au Solidays, ce festival qui a lieu tous les ans à l’hippodrome de Longchamps. Je ne sais plus exactement comment (était-ce entre deux concerts ?), mais nous nous sommes retrouvées à assister au concert de Grand Corps Malade. Je le connaissais de nom, car son titre Les voyages en train faisait parler de lui dans la presse, mais je ne m’y étais pas intéressée plus que cela.

Enfin bref, j’étais sous cette tente, à patienter pour le concert suivant (Cali, il me semble) quand cet homme est entré sur scène, avec sa béquille et sa voix grave. En quelques minutes, j’étais conquise. Fabien, aka Grand Corps Malade, dégageait un charisme assez impressionnant. Il tenait la scène et il y avait cette alchimie entre lui, ses musiciens et le public. J’ai également découvert son talent pour jouer avec la langue française, au travers de textes plein d’humour et certains au rythme effréné et au jeu de mots acérés. L’appartement m’a particulièrement plu :

J’ai suivi sa carrière depuis, à l’affut de ses nouveaux albums. Il a sorti un livre, Patients, qui revient sur l’année et demi qu’il a passé en centre de rééducation suite à son accident. Un livre à son image : simple, bien écrit et plein d’espoir. Un film en a été tiré, qui est sur ma liste des choses à voir.

Pour en revenir à la musique, je ne l’avais jamais revu sur scène depuis Solidays. Jusqu’au mois dernier. En effet, fin novembre, il était en représentation dans ma ville. Il était hors de question que je rate cela ! Du coup, à 20h30, j’étais à ma place, dans la belle salle de l’hôtel de ville, dans un fauteuil parfait pour ceux qui ont des toutes petites jambes (je vous assure, je suis pas grande, mais c’était petit, même pour moi).

Après une première partie avec Ehla, une jeune femme à la voix envoûtante et ses chansons aux sons électroniques, Fabien et ses musiciens ont pris possession de la scène. Il n’a pas fallu longtemps pour que je retrouve la même magie d’il y a dix ans.

Grand Corps Malade est un artiste simple, sans prise de tête, avec beaucoup d’humour et d’autodérision. Son dernier album, Plan B, raconte son parcours suite à l’accident qui le laisse tétraplégique incomplet. Ses chansons sont pleines d’humour et d’espoir. Sa vie a chaviré, et c’est avec beaucoup de recul et une sacrée dose de courage qu’il explique que la vie est ainsi faite, qu’elle prend des détours inattendus, pas toujours faciles. Mais qu’elle peut être belle, cette vie.

L’alchimie entre ses musiciens et lui est toujours là, et très vite, il se passe un truc entre le public et lui. Certaines de ses chansons sont très personnelles et c’est avec simplicité et (toujours) beaucoup d’humour  qu’il les introduit. Et ça marche. Il nous embarque dans sa vie, dans ses textes, et beaucoup résonnent en nous. Avec Dimanche soir, il nous compte tout l’amour qu’il éprouve pour sa femme, et je trouve cette chanson magnifique, car tellement simple, sans fioritures.

 

Avec Espoir adapté, une chanson en collaboration avec Anna Kova, il revient sur son accident et la vie pendant la rééducation. Ce moment où tout s’écroule et où il faut relever la tête.

Et avec Le langage du corps, il joue avec la langue française comme il avait déjà pu le faire pour Père et Mère ou Ma tête mon coeur et mes couilles (oui oui, je vous jure il est bien ce morceau).

Pendant deux heures, il enchaîne les titres de son nouvel album, mais aussi quelques anciennes comme L’appartement (tellement drôle) ou Les voyages en train. Le temps passe à toute vitesse, et avant de comprendre, c’est déjà la fin du concert. Je serais bien restée plus longtemps ! Il parait que la musique adoucit les mœurs, et c’est l’esprit léger que je suis repartie.

Pour découvrir qu’à 23h, après deux heures de concert, il proposait une séance dédicace ! J’ai hésité, mas j’ai fini par craquer et acheter son dernier album. Cela faisait des années que je n’avais pas acheté un disque ! (Vive Deezer, Apple Music et autres consorts.) J’ai fait ça juste pour avoir ma dédicace. Il est venu et la fatigue était visible. Il aurait pu rentrer chez lui directement, pourtant il ne l’a pas fait. Et j’ai trouvé ça impressionnant et vraiment sympathique. Il est encore plus remonté dans mon estime.

Ce concert m’a conquise, et je compte bien pouvoir assister à d’autres si j’en ai l’occasion.

Connaissez-vous Grand Corps Malade ? Avez-vous déjà eu l’occasion de le voir sur scène ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *