Aventures filmesques

Dragons 3 : le royaume caché

Plusieurs mois ont passé depuis le décès de Stoïk. Harold poursuit un vieux rêve de son père : trouver le royaume caché des dragons, afin que les deux espèces puissent vivre en paix. La situation est plus urgente qu’il n’y parait, car de nouveaux chasseurs de dragons sont en route pour Beurk, et comptent bien capturés un maximum de créatures.

Autant vous le dire de suite : cet article est long. Parce que j’adore cette saga, et que quand j’aime à ce point, j’ai du mal à me retenir. Alors autant vous prévenir, si vous ne vous sentez pas le courage ou ne voulez pas être spoilés, allez directement à la fin et à la partie « A voir ou pas ».

Deux premiers films qui m’ont marquée

La saga Dragons et moi, c’est une grande histoire d’amour. Dès que j’ai vu Krokmou et ses airs de félin, j’ai été conquise. Les images étaient sublimes, le film était drôle et rythmé et le traitement de certains thèmes m’a surpris.
Pour rappel, dans le premier film (attention spoiler), Harold perd une jambe à la fin. Sur le coup, je me suis dit que c’était culotté de leur part d’avoir fait ce choix dans un film pour enfant.

affiche du film Dragons
Dragons (2010)

Puis, le deuxième film est arrivé, et j’y ai amené mon neveu de six ans, passionné de dragons. J’ai été ébahie par les images de toute beauté : les scènes de vol en plein air, les batailles entre les alphas,… C’était beau, c’était impressionnant. Côté scénario, comme pour le premier, ils n’ont pas fait dans la facilité (attention spoiler). Quand Krokmou tue Stoïk, le père d’Harold, j’ai eu deux réactions : la première a été la surprise (le choc, la tristesse, tout un mélange qui m’a noué la gorge), la deuxième a été l’inquiétude. J’ai jeté un coup d’œil à mon neveu de six ans pour voir sa réaction et me suis dit : et merde, je lui réponds quoi s’il me pose des questions sur la mort (et encore plus sur la mort du père du héro tué par le dragon adoré du héro). Bref, là encore, belle réussite.

affiche du film Dragons 2
Dragons 2 (2014)

Entre-temps, il y a eu une série animée. Disponible sur Netflix, elle est sympathique, mais n’arrive pas à la cheville des films. L’animation est grossière, les scénarios plus basiques, moins profonds.
Quoiqu’il en soit, depuis juin 2018, mon neveu faisait des bonds parce que Dragons 3 allait sortir en février 2019, et que j’aillais l’y amener. Hein que j’allais l’y amener ? C’était un peu une tradition.

Et Dragons 3 ? La confirmation d’une saga épique

Quand Dragons 3 : le monde caché est sorti, j’étais prête. J’avais bloqué mon week-end pour mon neveu (et le film) et je me suis rendue dans ma petite salle de cinéma locale, pleine à craquer pour ce premier samedi en salles.
Sur le moment, je me suis dit que le scénario n’était pas bien différent du précédent : un grand méchant en voulait aux dragons. Harold voulait les protéger. Rien de nouveau sous le soleil. Mais là encore, le film m’a emportée et surprise.

J’ai retrouvé les images superbes, dont certaines m’ont fait monter les larmes aux yeux (le monde caché est juste splendide). L’humour est toujours plus que présent, surtout avec notamment les frasques de Krokmou, qui souffre des affres de l’amour… Et là, surprise : la salle résonnait des rires des adultes présents.
Mais il y avait quelque chose de sérieux derrière l’humour, derrière le scénario un peu bateau. Il y avait Harold, luttant entre sa dévotion aux dragons et ses devoirs d’adulte, car les habitants de Beurk comptent sur lui depuis la mort de Stoïk. Le jeune homme est leur nouveau chef, mais il semble être le seul à ne pas le comprendre. Il s’est aussi perdu dans le duo Harold/Krokmou, au point de ne plus savoir comment agir seul.
Puis il y a Krokmou, élu alpha des dragons dans l’épisode précédent. La furie nocturne est la dernière de son espèce. En tout cas c’est ce qu’on l’on croit. Car Krokmou se trouve une belle et tombe sous le charme. Ses tentatives de séduction sont désopilantes, mais aussi assez dures par moment. Le dragon est lui aussi handicapé et ne peut voler sans Harold. Cela n’avait jamais été un problème jusqu’à présent, mais dans cet épisode, on sent toute la frustration du dragon. Son incapacité à voler seul devient un réel poids, qui va le pousser à chercher son indépendance et à s’affranchir d’Harold.

krokmou et son amoureuse se font face.
Copyright Universal Pictures International France
Une conclusion magnifique

Harold et Krokmou se retrouvent naturellement à un carrefour, et pour que chacun puisse vivre pleinement sa vie d’adulte, ils ne peuvent pas rester si fusionnels. Quand j’ai réalisé cela dans la salle, j’ai senti les larmes me monter aux yeux. J’ai passé les vingt dernières minutes du film à pleurer. Parce que c’était beau, parce que c’était évident, parce que c’était triste, parce que c’était excitant,… Et c’était aussi un échec : celui de l’être humain, incapable de vivre en harmonie avec les autres espèces.
Quand les lumières se sont rallumées, mon neveu s’est tourné vers moi et m’a dit : « Il n’y aura pas de quatre, hein Tata ? » Je n’ai pu que renifler le plus dignement possible et répondre que non, il n’y aurait certainement pas de quatre.

A voir ou pas ?

Si vous avez lu tout mon pavé, vous aurez compris que je l’aime d’amour cette saga. Pourquoi ? Parce que j’ai vu les personnages grandir sous mes yeux, pendant presque 10 ans. Parce qu’au-delà d’images tout simplement magnifiques, les trois films ont plusieurs niveaux de lecture. Ils parlent aux enfants comme aux adultes.

A travers ces trois films, le créateur nous parle de tolérance envers notre prochain, aussi différent soit-il. Il met en avant la difficulté de communiquer et les efforts que cela demande. Mais il aborde tellement d’autres sujets : le handicap, la bravoure, l’amitié, l’amour, la perte d’un être cher, les responsabilités, la confiance en soi, l’indépendance, la paix.
Dragons, c’est une histoire en apparence simple et pourtant tellement profonde.
En neuf ans, Harold et Krokmou m’ont fait rire aux éclats et pleurer à chaudes larmes. Ils se sont créés une petite place dans mon panthéon personnel d’œuvres inoubliables.

Est-ce que je suis la seule aussi touchée par cette série ? N’hésitez pas à réagir. Avez-vous vous aussi des oeuvres qui vous ont fait passer par toute une gamme d’émotions et qui vous ont marqués ?


Titre : Dragons 3, le monde caché | Date de sortie : 6 février 2019 | Réalisateur : Dean DeBlois | Durée : 1h44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *