BD

Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher

Plusieurs collègues m’ont parlé de cette bande-dessinée en me disant qu’elle était vraiment bien, mais qu’ils préféraient que je la lise avant de m’en dire plus. Autant dire que cela m’a, de suite, intriguée. Pourtant, j’ai trainé à la lire, le nombre de prêts sur ma carte étant assez conséquents, d’autres ouvrages ont eu la priorité. Eh bien je n’aurais pas dû attendre, même si la lecture m’a filée un drôle de bourdon.

L’histoire est assez simple. Lubin Maréchal est un jeune acrobate d’une vingtaine d’années. Un jour, il se réveille et découvre qu’il n’a aucun souvenir de la journée passée. Cela aurait pu s’arrêter là, mais très vite, il réalise qu’un jour sur deux, quelqu’un d’autre occupe son corps. Très vite, ce double lui laisse une vidéo. Commence alors une étrange conversation entre les deux, par vidéos interposées.

Cette conversation s’envenime quand Lubin réaliser que l’autre a de plus en plus d’emprise, vit de plus en plus longtemps. L’acrobate tente de comprendre, de récupérer sa vie. Mais elle continue à lui échapper. Chacun de ses réveils lui fait réaliser que plus de temps à passer, qu’autour de lui, ses amis ont continué à vivre. Sans lui.

Tout au long de la bande-dessinée, on ne peut que s’interroger : lequel est le vrai ? Lubin, l’acrobate et artiste rêveur ? Ou Lubin, l’ordonné, froid, responsable ?

A chacun de se faire sa propre idée là-dessus.

Le dessin est simple et épuré. Le récit est captivant et interroge sur le temps qui passe, les dualités, les liens qui nous unissent aux autres. Quand j’ai refermé l’ouvrage, l’histoire de Lubin a continué à résonner en moi.

L’avez-vous lu ? Quand avez-vous pensé ?


Titre : Ces jours qui disparaissent     |     Auteur : Timothé Le Boucher     |     Éditeur : Glénat

Nombre de pages : 192     |     ISBN : 9782344013328

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *