Roman

1993 de Lily Haime

De nos jours, Emy est une jeune éditrice qui cherche la perle rare. Son assistant lui amène une série de carnets qui, il en est sûr, contient un petit bijou.
1993. Angel Mitchell revient à Harrison, petite ville côtière des Etats-Unis, où la puissante famille Mitchell vit depuis des années. Futur héritier de la compagnie familiale (l’une des plus puissantes du pays), sa vie est toute tracée : il va terminer son MBA à l’université d’Harrison, épousé sa petite amie de lycée, fille de sénateur, avoir des enfants et faire prospérer la famille.
Mais… à Harrison, il y a Jay, fils de pêcheur pointé du doigt pour son homosexualité. Car dans le Sud conservateur, être gai n’est pas une option. Encore moins pour Angel, qui aime Jay depuis leurs quinze ans. Qui a été envoyé en pension pour ne pas ternir l’image des Mitchell. Qui ne doit pas être vu près de Jay.
Angel pourra-t-il suivre l’avenir tout tracé mis en place par son père ? Rien n’est moins sûr.

J’aime Lily Haime. Je n’ai pas encore lu assez de livres d’elle, mais ceux que j’ouvre me happe entièrement, chavire mon âme et j’en sors souvent hébétée. C’est ce qu’il s’est encore passé avec l’histoire d’Angel.

Une photographie sociale

Au final, l’histoire d’amour entre Angel et Jay n’a pas été ce qui m’a le plus touchée. Le plus dur à lire, le plus bouleversant, a été les relations d’Angel avec sa famille, la pression sociale qu’il ressent, les attentes qu’on a de lui.

1993, c’est la photographie d’une société intolérante, moralement violente, où l’on croit que l’on peut et que l’on doit guérir de l’homosexualité. C’est une critique de cette classe sociale bourgeoise, où tout n’est que façade et qui piétine les désirs des uns et des autres au profit de ce qui doit être.
C’est le combat d’un jeune homme déchiré entre ce que l’on attend de lui et ce qu’il est, ce qu’il veut. Déchiré entre ce que les attentes de son père de lui (être capable de prendre la tête de la société, faire un beau mariage, donner des héritiers aux Mitchell), et l’héritage de sa mère décédée (l’amour des mots, de la littérature, l’envie de liberté).

Le fantôme d’une mère absente

Cet aspect m’a également bouleversé. Le personnage principal, Angel, a perdu sa mère très jeune, mais son fantôme pèse sur le vie du jeune homme, sur la vie de toute cette famille. Tout ce qu’il a hérité d’elle est dur à accepter de la part d’un père autoritaire, meurtri par la mort de cette femme, de ce premier (et sûrement seul) véritable amour.

Le manque de cette mère est partout, et a trouvé un écho particulier en moi, qui ai perdu la mienne cette année. Je n’avais pas besoin d’imaginer la douleur engendrée par une telle blessure, car je suis en plein processus de deuil. Cette souffrance, c’est celle que je vis au quotidien ces derniers mois. Et il y a cette citation, juste parfaite :

Perdre une mère, c’était comme perdre une partie de soi. Une mère, elle vous comprenait, elle vous protégeait comme elle vous avait protégé au creux d’elle les premiers mois, elle vous voyait vraiment, elle trouvait ce qui était caché dans votre cœur, dans votre tête, sans besoin de mots. La perdre, c’était chuter et devoir réapprendre à marcher, en déséquilibre.

1993, Lily Haime
Une musicienne des mots

J’ai aussi retrouvé la beauté de l’écriture de Lily Haime. Elle joue avec les mots, le rythme de ses phrases, comme une véritable musicienne. Son écriture est fluide, chantante. Elle en joue comme une charmeuse de serpents et je suis toujours subjuguée par ses romans.

Son écriture amplifie les thèmes qu’elle traite. Les émotions de ses personnages sont décrits avec une telle justesse, une telle profondeur, que nous n’avons pas besoin de tenter de se mettre à leur place. Nous savons parfaitement ce qu’ils ressentent car les mots employés ne laissent aucun doute, aucune ombre.

Le coup de cœur de 2019

J’aurais attendu la toute fin de l’année pour trouver mon coup de cœur, mais il est là. Je ne saurais que vous recommander de plonger dans cette histoire, de faire la connaissance d’Angel et de Jay. Ils ne vous laisseront pas indifférents.

Je n’ai qu’une hâte : les retrouver dans le deuxième volume.


Titre : 1993     | Titre de la série : Les roses Cherokees     |     Auteur : Lily Haime     |     Éditeur : MxM Bookmark     |    Nombre de pages : 347     |     Date de publication : 5 décembre 2018     |     ISBN : 9782375746073

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *